Le cours prend des vacances.

Peindre en plein air

Vendredi dernier, tous les élèves du cours plus quelques amis se sont retrouvés pour une séance de peinture.

Ben oui ! Comme les cours sont suspendus pendant les vacances d'été, nous avons décidé de nous réunir chez notre ami François pour peindre, encore une fois, tous ensemble.

peinture en plein air

Éparpillés sur la vaste pelouse, à l'ombre des frêles saules pleureurs, chacun a dressé son chevalet.

D'autres n'ont pas eu cette chance :


peinture en plein air peinture en plein air

L'ambiance était au beau fixe tout comme le ciel. Sujet libre pour tout le monde !!!

Quelques boissons fraîches pour nous désaltérer et voilà tout le monde à l'ouvrage.
Les brosses vont et viennent dans la couleur, les palettes étalent leurs tons chatoyants, les commentaires vont bon train et la rigolade est de mise.

peinture en plein air peinture en plein air

Malgré tout, les artistes en herbe étaient bien concentrés. C'est que ça ne fait pas que rigoler dans le cours... Ça bosse aussi !!!

La maison aux volets bleus de François a inspiré Marie-Thérèse et Serge (alias Van Gogh) :

peinture en plein air peinture en plein air

Michelle a peint la maison de la voisine et Erika a interprété la vue sur la campagne :

peinture en plein air peinture en plein air

Gisèle et Agnès ont peint respectivement, l'une une petite marine du Morbihan et l'autre une peinture totalement imaginative. Nicole elle, s'est lancée dans une reproduction libre d'un tableau de Gustave Caillebotte :

peinture en plein air peinture en plein air

Quant à François, il était au chaud dans sa grange, à taguer deux petites toiles... Depuis qu'il a des bombes de peinture, il colorie tout ce qu'il voit :

peinture en plein air peinture en plein air

Paul et moi avons dérogé à la règle en ne peignant rien et pour cause, Paul a fait le dessin d'un sumac et moi j'ai pris des photos et donné quelques conseils.

En fin d'après-midi, quand tout le monde avait rangé pinceaux et couleurs, juste avant l'apéro, nous nous sommes approchés du chêne plusieurs fois centenaire (six ou sept fois) de Tellières-Le-Plessis, dans la pâture d'à côté... Incroyable !!!

Un arbre monumental mais entièrement creux ! Il a survécu on se demande comment à la foudre et au reste. Il ne vit que par son écorce dure et rugueuse.
Le mari de Nicole en a pris des photos, j'attends qu'il me les envoie et je vous les montrerai.

D'autres amis nous ont rejoint et cette journée s'est terminée par un banquet comme d'hab ! Chacun ayant apporté un super-bon plat.
Je peux vous dire qu'on a manqué de rien !

Ah ! Comme j'aime ces moments de franche camaraderie entre fondus de la peinture.



Un autre trompe-l'oeil - épisode 8 -

Une fausse fenêtre

LE CHATON phase 2 :

Le pelage du petit chat commence à prendre tournure...
Pas facile pourtant de peindre sans modèle, mais il commence à devenir à peu près correct.
Avec encore une ou deux séances de brossage ainsi quelques petites retouches ça et là et il sera terminé.



peinture du chaton Le trompe-l'oeil en cours

J'ai commencé à poser les ombres projetées de la fenêtre avec un jus de T.O.B.
Mais vous savez que toute la partie qui entoure la fenêtre sera peinte sur place en fonction de la couleur du crépi, de la perspective des briques et de la poutre de chêne qui fait le linteau.


... Les ultimes coups de pinceaux sur le chaton :


pelage du chaton le pelage en détail


Le chat dans le trompe l'oeil

"du poil de la bête"

Nouvelle séance de peinture sur le chat du trompe-l'oeil :

chat en peintureJ'ai repris la couleur de yeux qui ressemblait trop à celle de l'herbe.

On avait l'impression de voir l'arrière plan à travers lui.

Il commence  à prendre du poil de la bête car J'ai continué aussi à modeler et lisser son pelage.

Après chaque séance de peinture, je prends un temps d'observation avec plus de distance puisque je n'ai plus les pinceaux en main.

Je laisse courir mon regard et si il y a un truc qui cloche, c'est à ce moment là qu'il m'apparaît.

Par exemple, avec plus de recul, je me rends compte que la courbure du cou n'est pas tout à fait à la bonne place.

Demain donc, c'est la première chose que je ferai : Modifier l'arrondi de cette ligne.




Voici les photos du chat rectifié :
chat devant la fenêtre
 
les yeux du chat




 


Fenêtre en trompe l'oeil avec un chat

La peinture est achevée !


Et bien voilà, j'ai signé le trompe l'oeil hier.


fenêtre en trompe l'oeil avec un chatJ'ai peint les dernières rayures du chat, ses sourcils et ses moustaches avec un pinceau très fin.

J'ai posé les ombres projetées en les appuyant assez fortement pour augmenter la sensation de lumière entrant par la fenêtre.

Il faut maintenant attendre le séchage de la peinture.

La toile a été posée à plat pour qu'elle se retende un peu.
Je vous rapelle qu'elle sera encollée sur un mur.

En attendant, ce fut très agréable pour moi de peindre ce tableau, autant pour son sujet bien sympatique que pour la diversité des différents éléments qui y sont représentés.

Voici le chat en gros plan. N'hésitez pas à zoomer sur les photos en cliquant sur l'image pour plus de détails.


chat dans le trompe l'oeil

Un autre chat, certainement attiré par la gamelle du mien, est venu lui tenir compagnie (la photo est un peu sombre, désolé).

couple de chats
 
Il est apparu grâce au fusain de Anne Melgaard en visite dans la région.
On le croirait prêt à bondir et à sortir de sa feuille.
C'est un magnifique dessin. Bravo Anne !


En cliquant sur les liens suivants ou en parcourant les pages de mon blog, vous pourrez voir d'autres trompe-l'oeil... (heu? Comment on mets ça au pluriel ?) :



L'arrivée du chat

la continuité du trompe-l'oeil

Well, well, well. À part mon blanc de titane qui refuse absolument de sécher malgré le siccatif, le tableau avance correctement :

réalisation d'une fenêtre en trompe-l'oeil
J'ai un gros soucis avec mon tube de blanc ! Il ne sèche pas !
Il est pourtant de la même marque que celle que j'utilise d'habitude et dont je suis bien content.
Mais là.... Le dernier tube ouvert me semble défectueux.

Comme je travaille dans des gris, vous comprendrez que je dois attendre pour revenir sur certains détails. Le temps que ça sèche.

Je vous dis ça car dans la peinture il y a toujours des petits imprévus.
Peut-être que certains d'entre-vous on vu ce qui est arrivé à la toile de Anne Melgaard pendant qu'elle peignait son magnifique cheval (allez-voir sur son site, il est dans: "les sites de mes amis", dans la colonne de gauche... et revenez bien vite voir la suite de mon trompe-l'oeil quand même !).
Mais un blanc qui ne sèche pas c'est la même galère. On voudrait que ça n'arrive pas.

Mais bon, sur cette photo du dessus, la fenêtre est quasiment finie.
(Je vous invite à zoomer dessus).
Encore la partie basse et le décor sera définitivement planté.

J'ai attaqué (façon de parler), le chat.
Les premiers coups de pinceaux sont pour poser le lit de la peinture et rechercher la tonalité.
La trouvant trop proche de celle de la fenêtre, j'ai éclairci son gris et j'ai même viré le bleu pour y rajouter une pointe d'ocre. Nouvelle palette donc pour le chat.

Pour le moment, je pose les couleurs pour bien modeler l'anatomie du chat dans ses volumes, bien comprendre sa posture et son éclairage.

Chat à la fenêtreEnsuite, je me lance dans le pelage du chat!
Avec une brosse dure très émoussée que je plonge dans la peinture, je peins les détails.

Sur cette brosse, je m'arrange pour que les couleurs ne soient pas mélangées. Comme ça chaque poil de la brosse fait une trace de valeur différente.

J'ai encore pas mal de trucs à rectifier, des trucs qui ne me satisfont pas.
Comme je peint le chat de droite à gauche, j'ai encore toute une de ses joues à modeler, son front à affiner, etc, etc, etc...

Les moustaches et autres petits traits fins... C'est pour la fin.

Voici un gros plan du chat près de ses échévéria à aujourd'hui :


chat en peinture
 
 



Fausse fenêtre

la suite...

J'en arrive à présent à la phase la plus "délicate" en matière de trompe-l'oeil. Celle qui doit créer l'effet de relief qui donnera l'impression d'une véritable fenêtre ouverte.

J'ai amorcé la peinture du vantail.

fenêtre en trompe l'oeil en cours de réalisation

Je travaille par bandes successives de l'extérieur vers l'intérieur.
La crémone est en place et quelques ombres sont venues accentuer les détails.

Le pot de fleur est également terminé.

Pour ce qui est de la météo en Normandie, ça c'est grandement arrangé cette semaine. C'est plus agréable et je peux enfin me servir de la fenêtre de mon salon comme modèle pour l'éclairage.
Ceci dit, ils annoncent de nouveau de la flotte dès demain.

Fin du bulletin météo.

Suite de la peinture mercredi car j'ai deux journées d'atelier d'ici là.
En attendant, n'hésitez pas à me donner vos impressions.






Une fenêtre en trompe-l'oeil

étape suivante...

Je pensais que la térébenthine avait ramoli ma toile, mais pas du tout. C'est le carton sur lequel je l'avais tendue qui c'est incurvé.
Je l'ai donc refixée sur un support en bois plus rigide ( mais aussi plus lourd ) et tout est rentré dans l'ordre.

Voici donc la suite du trompe-l'oeil :

couleur du châssis de la fenêtre
La météo étant plus clémente, j'ai repris la couleur du châssis de la fenêtre pour la faire vibrer un peu plus.

La très mauvaise lumière m'avait fait poser un gris que je trouvais bien trop terne.
J'ai fait de même pour les ombres sur les murs. J'ai mis une touche de terre ombre brûlée (tob) pour réchauffer l'ensemble.

Bien sur, il faut nuancer tout cela avec des dégradés, mais je les peindrai par la suite. L'important étant de bien régler l'équilibre des couleurs pour qu'elles se complètent, s'harmonisent et contribuent à tromper l'oeil.

La fenêtre ouverte étant au premier plan, je vais continuer de peindre tout ce qui se trouve derrière elle.

Prochaine étape donc, les échévéria.
( je sais pas si ça doit prendre un "s" au pluriel... je pose la question à Monsieur CHEREL le latiniste ).

Les échévéria donc :

échévéria en peintureVoilà leur apparition !

Je me suis pas mal documenté à leur sujet et me suis rendu compte qu'il en existait un nombre très important d'espèces.

je ne sais pas le nom de celles que j'ai peintes, mais voyant les verts différents de chacune des espèces, j'en ai choisi une qui avait une couleur bleu-vert.
Ceci dans le but de trancher avec les vert-jaune du paysage et pour racrocher la couleur du châssis de la fenêtre.

Donc, ce vert est éclairci avec du blanc et les ombres contiennent la complémentaire, j'ai opté pour une laque de garance foncée ( très visible si vous zoomer sur l'image ).


échévériaUne autre difficulté quand on peint ce genre de fenêtre en trompe-l'oeil, c'est que la lumière arrivant de l'extérieur, tout se retrouve en contre jour.
Mais faut pas que ça soit sombre !

Alors les échévéria du premier plan ont subit une légère accentuation dans ce jeu de complémentaires.

Viendra ensuite le pot, le bas du châssis et l'applat du rebord de la fenêtre ( je sais toujours pas comment ça s'appelle )... Là où le chat est assis !





 


Un trompe l'oeil en cours

étape par étape

Dans le but d'égayer le corridor de sa maison, une dame m'a commandé la peinture d'une fenêtre en trompe-l'oeil. Dimension 90 x 60.
Elle veut qu'il y figure : Un chat gris, un échévéria dans un pot, un peu de lierre et un arrière plan de campagne verdoyante.

La dite dame habitant en Belgique, je ne peux pas peindre la fenêtre directement sur le mur (les frais de déplacement seraient exorbitants). Je vais donc réaliser le trompe-l'oeil chez-moi sur un papier toilé qui sera ensuite collé sur le mur du corridor.

Après quelques petits croquis préalables pour étudier la mise en page du sujet, j'ai tracé les traditionnelles lignes de composition et de perspective :


esquisse d'un trompe-l'oeil J'ai pris pour modèle la fenêtre de mon salon bien qu'elle ait un vantail de plus que celle qui sera représentée.
Un ami menuisier m'a donné quelques rudiments de son métier pour que l'huisserie soit réaliste.

La ligne d'horizon a été tracée à hauteur du regard, une fois que la toile sera apposée à sa place sur le mur.

C'est très important pour que l'effet trompe-l'oeil agisse car contrairement à la réalité, la perspective du tableau ne bougera pas quelque soit l'endroit où se posent nos yeux.
C'est la principale difficulté dans ce genre de travail : Bien choisir ses lignes pour que l'illusion d'une fenêtre fonctionne suivant les différents angles de vue.

Les autres éléments importants pour obtenir cet effet sont bien sur les ombres et les lumières (qui elles aussi resteront fixes) et le réalisme de la peinture.

En route donc pour ce nouveau challenge !



lavis en terre d'ombre brûléeNe pouvant pas peindre directement sur le mur, je suis limité par la dimension finale du tableau. Tout doit rentrer dedans !

Il me faut donc choisir un angle de perspective pour que la fenêtre ouverte ne déborde pas du cadre.
Cela m'oblige a "tricher" un peu en exagérant certains rétrécissements.

La mise en page des différents éléments aidera aussi à l'illusion, ainsi que leurs proportions. Le chat et la plante, par exemple, seront grandeur nature.

Pour ne pas abîmer la toile, je les dessine d'abord sur du papier puis je transfère sur le tableau.

L'étape suivante consiste à passer un lavis de terre ombre brûlée pour mettre en place les valeurs du tableau (zones claires et zones foncées) et également pour étudier les effets de lumières.

Ce n'est encore qu'une ébauche approximative car je souhaite prendre modèle de l'éclairage sur une fenêtre réelle. Malheureusement la météo, en ce moment, est plutôt pluvieuse et la lumière vraiment exécrable.

Pas de belle clarté traversant ma croisée ! Tant pis, j'attendrai et placerai les ombres portées à l'intuition.

Dans l'immédiat, je peux quand même avancer sur le paysage :

le lit de la peinture pour le paysageJ'ai posé le "lit de la peinture", c'est à dire des couleurs diluées à la térébenthine pour travailler la chromie du paysage.

Il faut que ce soit très lumineux, très printanier... et là encore, le manque de lumière du jour n'aide pas vraiment.

Heureusement, quelques rares éclaircies m'ont permis de préparer ma palette :
- Bleu céruléum et blanc pour le ciel;
- Oxyde de chrome, terre verte, vert jaunâtre, jaune de Naples et terre de sienne brûlée pour la végétation.
- une touche de bleu céruléum dans les verts pour le lointain.

A ce stade, on peut déjà se faire une petite idée sur l'aspect du tableau final.


Maintenant j'aborde les détails.

arrière planJe peins à l'aide de touches plus fines et plus précises l'arrière plan du paysage.

J'ajoute une pointe de couleur complémentaire (rouge -  terre de sienne brûlée en l'occurrence)) dans les ombres des feuillages.

Pour garder l'effet de profondeur, j'augmente progressivement l'apport de cette complémentaire à mesure que je me rapproche du premier plan. Ce qui fait que dans les feuilles des fleurs en bas à gauche, c'est la terre de sienne pure que je vais poser par endroit.

J'utilise un médium à séchage rapide dont j'aime beaucoup l'onctuosité.

Une fois la végétation terminée, ce sera au tour de l'herbe de recevoir sa matière et son rendu final.

Le paysage progresse...

accentuation des détailsJ'ai peint quelques fleurs pour border la fenêtre et faire le raccord avec les sujets posés sur le rebord de la fenêtre.

Sans dessin préalable, sans même de modèle, j'ai totalement improvisé ce bouquet. C'est grisant de peindre librement !

Une amie ayant vu le résultat m'a dit que ces fleurs ressemblaient à  des camélias.

Et bien soit ! Je vais changer la couleur des pistils, ainsi d'autres yeux pourront y voir cette espèce si ça leur chante.

Dans la peinture, il faut aussi de la place à l'imaginaire !

Je n'ai plus qu'à faire courir du lierre le long du côté droit de la fenêtre et le paysage sera terminé. Enfin presque car je vais attendre le séchage total de ce fond pour poser les ultimes détails nécessaires pour "réveiller" quelques petites zones.


Maintenant, la partie la plus délicate :

recherche de l'éclairageLa fenêtre. C'est sur elle qu'est basée tout l'effet du trompe-l'oeil.

Comme la météo est toujours aussi moche et que le soleil tarde à pointer ses rayons, la peinture est toujours autant approximative.

Mais cette étape va être vraiment nécessaire pour savoir si l'illusion d'une fenêtre est bien au rendez-vous.

Il y a fort à parier qu'il y aura quelques modifications dans le placement des ombres (portées et projetées) mais l'effet visuel commence à se faire sentir.

(Sur cette photo, le vantail de la fenêtre n'a pas encore été peint.)

Si globalement le tableau tient la route, je ne suis pas satisfait du gris que j'ai posé. Il est trop terne.

je vais le modifier pour qu'il soit gris bleu-vert très tendre.

il faut aussi que je retende mon papier toilé sur son support car comme vous pouvez le voir, la térébenthine l'a fait se gondoler.

Le trompe-l'oeil en est à ce stade actuellement. Aujourd'hui c'est dimanche, jour de repos pour les pinceaux.

Je publierai très bientôt la suite de cette chronique aux vertus pédagogiques, mais en attendant, vous pouvez toujours laisser vos impressions.

 
 


Les copains d'abord...

Ils aiment peindre ensemble !

Histoire de faire bisquer notre amie Sophie, j'emprunte à Georges Brassens le titre de sa chanson.

Comme nous aimons chaque fois le faire, nous nous retrouvons le plus souvent possible entre amis peintres pour d'agréables séances de peinture.

Cette fois, le cercle c'est encore agrandi avec l'arrivée de Paul Matton, un ami de longue date.
C'est même chez lui que nous nous sommes réunis.

Les photos sont un peu sombres car ce jour là la pluie tombait drue :


les peintres chez Paul Matton

Le salon a été provisoirement transformé en atelier et chacun s'est mis à l'oeuvre.

Anne Melgaard c'est lancée dans une nature morte poivrons-tomates :


Anne Melgaard Anne Melgaard
 
François Vidal a entrepris une fantasmagorie dont il est spécialiste :
 
François Vidal François Vidal
 

Paul Matton a retrouvé ses pinceaux délaissés pour le portrait d'un unique poivron :
 
Paul Matton Paul Matton
 

Il va sans dire que peindre tous ensemble est un vrai bonheur. Chacun et chacune alternant entre concentration et bonne rigolade.

C'est intéressant également sur le plan des échanges. Les regards, les avis et les réflexions sur les peintures en cours de réalisation sont des plus utiles et apportent une vision extérieure très profitable.

La preuve, voilà toute l'équipe taquinant Anne gentiment :

 
Les copains d'abord
 
Heu ! je précise que cette photo est pausée... En vrai, on ne se permettrait pas de critiquer l'immense talent de Anne.

Bon, il est temps de remballer les pinceaux, de prendre un petit apéro avant de s'attabler devant le rôti de boeuf poivrons-tomates préparé par Paul.



Boite aux lettres peinte

objet peint

Une fois n'est pas coutume, on m'a commandé de peindre une boite aux lettres.

Cahier des charges strict : Une face l'Alsace, une face la Bretagne, une face la Normandie et en facade un clin d'oeil au facteur.

La voici en photos :


boite aux lettres peinte
 


Je vous invite à en faire le tour en cliquant sur la flèche ci-dessous : 
 

 


L'oeuvre d'art qui va défrayer la chronique...



Ce tableau, composé de deux toiles et d'un disque vinyle 33 tours adapté en pendule, va dans quelques temps faire parler de lui.


Le fragile équilibre du temps
" Le fragile équilibre du temps"
(huile sur toiles et disque vinyle - 130 x 52)



Cette oeuvre a une précieuse particularité : Elle n'existe que 4 fois par 24 heures :
à 00h55, à 11h05, à 12h55, et à 23h05.

C'est seulement à ces heures que les aiguilles de la pendule qui fonctionne réellement viennent rejoindre l'angle des jambes du personnage et finaliser le tableau.

Le disque est authentique c'est le
"Satch and Josh" d' Oscar Peterson et Count Basie - label Pablo 1975 -

Zoomer en cliquant sur l'image pour mieux apprécier !!!!
 


Voyage dans le temps

sur les traces de Vincent

Dimanche dernier j'ai participé avec 11 autres peintres à une expérience peinture très originale et encore inédite pour moi : La reconstitution de la scène (peinte en 1888 je crois) par Vincent Van Gogh dans son tableau "Les roulottes, campement de Bohémiens" :

Les roulottes, campement de Bohémiens
 

Du moins la partie gauche du tableau, celle avec la carriole rouge.

C'est l'Association "Roule ta bosse" à Montchevrel dans l'Orne qui a eu cette excellente initiative.

Une carriole à l'identique a été fabriquée, d'après le tableau, pour cette occasion : La Romica.
Après une arrivée spectaculaire de l'attelage, Les figurants costumés ont pris la pause, les chevaux aussi, . Exactement comme si les Bohémiens avaient installé leur campement de nos jours :
 
reconstitution tableau Van Gogh
 

Absolument impressionnant ce saut dans le temps !
Et je dois dire que je me suis très rapidement senti "dans la peau" du célèbre peintre (chapeau de paille compris) avec l'envie de "refaire" le tableau, en chercher les couleurs, la touche, mais là n'en parlons pas... Impossible !

Les autres peintres ont été bien plus inspirés que moi. Laissant libre cours à leur personnalité. Adultes comme enfants, ils ont peint librement ce qu'ils avaient sous les yeux.



 
 





 


Ce fut une journée très sympathique qui je le souhaite se reproduira avec un autre thème, un autre peintre, un autre tableau.

Maintenant, voilà ma piètre reproduction du tableau de Vincent . Encore beaucoup de choses à retoucher pour que ce soit bon :



Campement de bohémiens


Comme quoi, les voyages dans le temps c'est pas encore pour aujourd'hui , ce n'est encore que de la science fiction !!!

 


La peinture à l'eau...

Une pluie de récompenses !!!



Nouvelle édition de "La journée des peintres" à Putanges dans la Suisse Normande (14ème année).

J'y étais inscrit avec quelques ami(e)s :
Anne qui, suite à une grosse panne de voiture sur l'autoroute, n'a bien failli jamais arriver.
François toujours fidèle au poste quand il s'agit de tenir un pinceau et de rigoler un bon coup.
Marie-Thérèse, une élève talentueuse et très sympathique du cours de Moulins-la-Marche.

La panne de la voiture de Anne avait déjà pas mal compliqué l'organisation de cette journée, mais c'est aussi la météo qui l'a rendue très chaotique.

Mais bon, comme d'hab, l'amour de la peinture nous a permis de surmonter ces "petites" difficultés.



Peinture à Putanges



Je vais vous raconter.

Levés de bon matin, après une journée "dépannage" en région parisienne et pas mal de kilomètres "dans les pattes", nous voilà Anne, François et moi à arpenter les ruelles de Putanges pour poser nos chevalets.
Le vieux lavoir ? Ouaiii ! Pourquoi pas.
Ce petit jardin clos? Ouaiii ! A la rigueur.
L'Orne vue du pont? OH NON ! On l'a déjà peint la dernière fois !!!!
Ok! Ok! Ok!

Alors on est allés dans un petit village de La Suisse Normande associé à la Journée des peintres de Putanges: La Forêt d'Auvray. Un petit village vraiment charmant, plein de rencontres pittoresques.

Chacun et chacune y a vite trouvé son sujet :

Marie-Thérèse était déjà installée avant nous ( on a fait un peu de tourisme en chemin ) pour peindre une vue arrière de l'Eglise.

François s'est installé sous l'ancienne halle pour y peindre la vue extérieure... Malin !


peintre suisse normande


Anne a choisi la façade d'une jolie maison tout en reluquant que derrière elle, il y avait une petite "cabane" pour s'abriter... Maline !


peintre suisse normande


Moi je me suis placé entre eux deux, au milieu de la rue, car j'avais repéré une sympathique vue sur une ruelle s'enfonçant dans la campagne... Pas malin !


peintre dans la rue


Tout semblait bien parti pourtant ...

peintre dans la rue


 
Mais à peine deux heures après... Il s'est mis à pleuvoir !

Peinture à l'eau, je vous dis !

( Attention, personnes sensibles, à partir d'ici certaines scènes peuvent paraître insoutenables )

François était déjà abrité sous la halle, à croire qu'il connaissait la météo. Il pouvait donc continuer à peindre son sujet.


peintre dans la rue


Anne a fait quelques pas en arrière pour s'abriter dans "sa" cabane, à coire qu'elle devine la météo elle aussi. Elle a pu continuer à peindre son sujet avec plus de recul... Bien qu'elle lui tournasse le dos.


peintre dans la rue

La Forêt d'Auvray
 
 
Chapeau à elle d'avoir su peindre dans ces conditions ! Regardez le décor... Pas vraiment engageant !


Marie-Thérèse n'a pas eu d'autre choix que de tout remballer pour se mettre à l'abris sous la halle. Je crois qu'elle n'avait rien prévu du tout au niveau météo ou bien que son optimisme etait en béton armé.
Mais du coup, elle a perdu de vue son modèle...



peintre dans la rue
 


Et moi, comme elles, j'ai quitté mon sujet et je me suis réfugié à l'abris dans "la" cabane de Anne.

 
réfugiée de la peinture



Hum ! hum ! Il semblerait que ce soit les anciennes pissotières.
Alors je vous raconterai pas comment mon moral est descendu au plus bas à ce moment là.
Je ne voyais pas bien comment je pouvais continuer à peindre dans ces conditions.

Heureusement, la bonne humeur était toujours là et après un repas sympa sous la halle, Dame Peinture a posé un regard compatissant sur ses modestes serviteurs. Nous avons repris nos pinceaux de plus bel pour finir nos toiles avant l'heure fatidique de 17h00 (l'horloge le l'église qui sonnait tous les "quatres matins" ne nous aidait pas vraiment pour nous repérer).

Enfin, tant bien que mal nous avons proposé nos toiles au jury en temps et en heure.

Anne :


La Forêt d'Auvray


François :

La Forêt d'Auvray


Marie-Thérèse :

la Forêt d'Auvray
 

Et le mien :
 
La Forêt d'Auvray


Résultat des courses, une pluie de récompenses pour notre "Team".

De la peinture à "lots" je vous dis !

J'ai obtenu le 2ème prix.
Anne a eu le 3ème prix... et a vendu sa toile ( pile poil le prix de la dépanneuse ).
Marie-Thérèse a eu le 5ème prix ( hourra !!! pour les élèves du cours ).
François n'a rien reçu, mais d'après ses dires, aucun fou n'est venu apprécier son tableau !

Là-dessus, on est rentré chez-nous, raides de fatigue, mais avec une belle journée de peinture de plus dans notre vécu.

Ah ! Au fait ! Si vous avez l'occasion de visiter la Suisse Normande, n'hésitez pas !!!!

Mais pas à 90 km/h svp, ça gâche le plaisir !





Le vieux chêne

Tout fini par arriver

J'ai reçu la semaine dernière un courriel de Monsieur Buiatti rempli d'une bonne surprise.

J'avais croisé ce monsieur en juillet 2005 car il louait un gîte pas loin de chez moi.
Il avait pris quelques photos pendant que François et moi avions entrepris de tailler le portrait d'un magnifique et très vieux chêne.

le vieux chêne
"en zoomant, on distingue la touche énergique que j'ai donné pour rendre la force de cet arbre"
 


François n'était pas alors l'ami qu'il est devenu, mais un élève prenant son cours de peinture.

Ce moi de juillet là avait été particulièrement chaud... très chaud... très très chaud !

Le comble c'est qu' on ne pouvait pas se protéger de la chaleur sous l'ombre fraîche du mastodonte végétal puisqu'il nous fallait du recul pour peindre cet arbre isolé au beau milieu d'une prairie.
J'ai cru qu'on allait cramer sur place !


chêne centenaire
 

C'est le chêne du Tertre à Tellières-le-Plessis dans l'Orne. Il doit avoir 800 ans... minimum et il n'en reste plus que la moitié en hauteur car il a été foudroyé.

De plus cet arbre est totalement creux ! On peut entrer à l'intérieur par une énorme fissure sur l'arrière du tronc.

C'est un véritable miracle qu'il vive toujours, la sève ne circulant plus que grâce au cambium de l'écorce. Vraiment incroyable !

Impressionnant aussi par sa masse et par la noblesse qu'il dégage. C'est vraiment un arbre remarquable!
C'est pour cela que nous avons eu envie de le peindre en coeur.

vieux chêne vieux chêne
 

Nous avons donc installé nos chevalets en plein cagnard et adopté une casquette pour protéger nos pauvres têtes de l'insolation.

peindre un vieux chêne
 

J'ai donc donné mon cour à François et je crois me souvenir que c'est à partir de ce jour que nous sommes devenus de vrais amis...
Sans doute à cause de notre bronzage identiquement très foncé qui nous faisait se ressembler comme deux frères.

 
peintres en herbe peintres en herbe
c'est ce qu'on appelle des "peintres dans l'herbe"

 
La térébenthine s'évaporait quasi instantanément, la peinture séchait de même et ce n'est que grâce a un petit rosé gardé au frais que nous sommes encore vivants aujourd'hui.

Vous avez peut-être remarqué en zoomant sur les photos que nous ne peignions pas sur de la toile, mais sur un papier végétal.
J'avais proposé ce support à François car il me semblait adéquat pour le portrait d'un arbre.


 
peintres  peintres


le chêne de François
"le chêne de François"

 
Je remercie donc Monsieur Buiatti pour l'envoi de ces photos qui ont permis à mon blog de nous faire remonter dans le temps... 

Depuis, le vieux chêne a perdu une énorme branche (celle du bas à droite). Mais nos peintures en ont gardé la trace.


Pour terminer cette belle histoire estivale, il faut vous dire que j'ai vendu ma peinture du chêne l'année dernière à une dame (que je salue si elle lit ces lignes) qui, enfant, venait jouer à l'intérieur du chêne.

Comme quoi la peinture, c'est vraiment MAGIQUE !

 


 


Les tableaux achevés

(ceux commencés chez François)

Voilà, ayant reçu toutes les photos des toiles terminées, je peux à présent vous faire découvrir les tableaux réalisés dans l'atelier de François.

Chacun(e) y a plus ou moins retravaillé depuis ...

Celui de Anne, très inspirée par la Normandie :




 

Celui de Sophie, pour un réaménagèrent intégral de l'atelier de François :
 


 

Celui de Christiane, d'après le peintre irlandais Waterhouse :
 


 

Celui de François, appliqué à satisfaire son client :
 


 

Et pour finir le mien, déjà entr'aperçu dans d'autres articles du blog :
 

Si d'autres artistes locaux sont intéressés pour rejoindre notre petite communauté d'artistes-peintre, qu'ils n'hésitent pas à me contacter...


 

 


Si je ne... ma buse

avant la signature

Je ne sais pas si vous vous en souvenez, mais il y a quelques semaines j'avais démarré une grande toile.

Le tableau (130 x 89) qui n'avait pas d'autre but que de peindre en toute liberté avant de reprendre les commandes en cours... Un urgent besoin de défoulement, de printemps et de ce genre de choses... en est à la phase ultime et je voulais en profiter pour vous parler un peu de cet instant crucial où l'artiste considère son tableau fini.


buse en vol
 

Beaucoup de mes élèves ont déjà soulevé cette question : "Comment savoir que c'est le moment de s'arrêter et de se signer au bas du tableau ?"

Mon tableau me paraît bien illustrer la réponse que je donne chaque fois.

Tout d'abord, le peintre répond à sa pulsion de peindre la toile, la mienne étant de brosser frénétiquement de la couleur sans contrainte. Donc que de larges coups de brosses pour ne pas se perdre dans les détails (y compris dans le plumage de l'oiseau).

Entre temps, l'idée de la toile s'est précisée et j'ai rajouté la buse.

Dans ces conditions, je pourrais être tenté de donner encore bonne quantité de coups de pinceaux pour affiner mon sujet.
Mais comme je souhaite donner un sentiment de liberté, de mouvement et d'espace à mon tableau, je ne vais pas détailler, mais plutôt répartir mes tons et mes effets.

Puis vient l'instant où j'ai atteinds mes objectifs : le premier, cette peinture a répondu à mes besoins d'expression. Le deuxième, le tableau me semble cohérent dans l'image qu'il représente.

Je vais donc "m'ordonner" d'arrêter de peindre et avant d'apposer ma signature, je vais m'accorder un moment plus ou moins long d'observation. Ainsi, je vais prendre un peu de distance avec ma peinture jusqu'à la voir avec le regard du spectateur.
Je vais être très attentif aux émotions qui me traverseront, à la circulation de mon regard quand il parcourt la toile et à l'esthétique en général.



Il y a fort à parier que quand vous ferez de même avec vos oeuvres, vous trouverez, comme pour moi, des petites choses qui nous chiffonnent et vous rajouterez quelques coups de pinceaux ça et là.
L'artiste à ce moment passe alternativement du statut de peintre à celui de spectateur.

Quand ce "petit manège" sera terminé et que vous vous sentirez définitivement installé en tant que spectateur, et bien c'est que le moment de la signature est arrivé... Le tableau est achevé.

Reste plus qu'à attendre les critiques... en les espèrant pas trop sévères  !!!




Plus d'articles :

 

* * * 

Rechercher : 

Raccourcis en images .... (double-clic pour y accéder) 

Le cours prend des vacances.

Vendredi dernier, tous les élèves du cours plus quelques amis se sont retrouvés pour une séance de peinture. Ben oui ! Comme les cours sont suspendus pendant les vacances d'été, nous avons décidé de nous...

Un autre trompe-l'oeil - épisode 8 -

LE CHATON phase 2 : Le pelage du petit chat commence à prendre tournure... Pas facile pourtant de peindre sans modèle, mais il commence à devenir à peu près correct. Avec encore une ou deux séances de...

Fenêtre en trompe l'oeil avec un chat

Et bien voilà, j'ai signé le trompe l'oeil hier. J'ai peint les dernières rayures du chat, ses sourcils et ses moustaches avec un pinceau très fin. J'ai posé les ombres projetées en les appuyant assez...

Les copains d'abord...

Histoire de faire bisquer notre amie Sophie, j'emprunte à Georges Brassens le titre de sa chanson. Comme nous aimons chaque fois le faire, nous nous retrouvons le plus souvent possible entre amis peintres...

Boite aux lettres peinte

Une fois n'est pas coutume, on m'a commandé de peindre une boite aux lettres. Cahier des charges strict : Une face l'Alsace, une face la Bretagne, une face la Normandie et en facade un clin d'oeil au facteur....

Le vieux chêne

J'ai reçu la semaine dernière un courriel de Monsieur Buiatti rempli d'une bonne surprise. J'avais croisé ce monsieur en juillet 2005 car il louait un gîte pas loin de chez moi. Il avait pris quelques...

Les tableaux achevés

Voilà, ayant reçu toutes les photos des toiles terminées, je peux à présent vous faire découvrir les tableaux réalisés dans l'atelier de François. Chacun(e) y a plus ou moins retravaillé depuis ... Celui...

Si je ne... ma buse

Je ne sais pas si vous vous en souvenez, mais il y a quelques semaines j'avais démarré une grande toile . Le tableau (130 x 89) qui n'avait pas d'autre but que de peindre en toute liberté avant de reprendre...

Décor africain

Ouf ! Je suis sur les rotules... Et ce n'est que le premier jour ! Je viens d'entamer un chantier de peinture qui se présente comme un vrai challenge. Je dois décorer les murs d'une pièce en seulement...